LES DÉLICES DE L’ENFER.

LES DÉLICES DE L’ENFER.

Bien que je fuse dans un état second, je savais que c’était mal ce qu’on faisait. Mon cerveau et ma conscience m’intimaient l’ordre d’arrêter cet acte ignoble et honteux dont la société dénigrait et condamnait .Partout on entendait des qualificatifs les uns aussi horribles que les autres ,tant chez les religieux ,les traditionalistes que dans notre propre entourage au quotidien…Secte, sorcellerie ,karma ,malédiction ,ignominie et que sais-je encore…Sur le coup il m’était impossible de penser , de raisonner ,mon être tout entier n’était pas en accord avec mon esprit, il ne l’entendait pas.

Il n’attendait que ce péché, il vibrait au rythme de ses caresses. Mon corps désirait la douceur de ce corps tellement semblable au mien, ma bouche avide réclamait ses baisers, sa peau collée à la mienne telle un aimant qui s’attirait, se rapprochait encore et encore. Ses tétons durcis par la force du désir se frottaient à ma poitrine dans le même élan d’ivresse… Rien ne pouvait à ce moment nous arrêter, il se consommait ce péché, la tentation était trop grande, l’attraction était au-dessus de notre jugement, de l’éducation que nous avons reçue. Ce monde nous était inconnu mais nous nous sentons chez nous, nous ne pouvions pas stopper ce flot de plaisir qui déferlait sur nous comme une première pluie après une très longue saison sèche. C’était à la fois révélateur et libérateur. Plus rien n’existait, nous étions seules dans ce monde prêtes à franchir les portes de la luxure, du royaume des ténèbres.

Si tel est l’enfer, vivement que la terre nous engloutisse car je veux y vivre si c’est avec elle. C’est avec joie que je me laisse entrainer par elle. C’est enfer a le gout du paradis paradoxalement pour moi.

Ils ont dit d’aimer son prochain, alors pourquoi me punir si je l’aime ELLE. Je suis LESBIENNE, oui je le suis, je ne veux plus et ne peux plus le nier, le combattre, Je ne veux plus me cacher, je veux vivre et crier mon amour pour ELLE. C’est si bon de me sentir ainsi, de l’admettre enfin, mais je reste un être humain avec toutes mes facultés mentales. Ne cherchez pas à me persuader que j’ai un problème quand c’est vous qui souffrez d’égoïsme et d’homophobie. Ce monde est beau parce qu’il est rempli de diversité, il est coloré. JE SUIS UNE FEMME QUI AIME LES FEMMES…

Leave a Reply

Your email address will not be published.